In the morning

Quand le soleil passe à travers les rideaux, quand j'étire mes jambes sous la couette et que ma tête n'a pas idée de vouloir autre chose.

Hey?

Deux nouveaux messages. Le même homme me demande de le rappeler. Il a un papier pour le déménagement de ma mère et souhaiterait savoir ce qui s’est passé à Varsovie ainsi que la suite de l’histoire. Je n’en ai aucune idée. Je le rappelle pour le prévenir d’un faux numéro. Il est très énervé, ce n’est pas ce que lui avait dit Francis.

L’envie arrive, sous les marques de piqûres et leurs démangeaisons.

Ligne deux.

Même en penchant ma tête, je ne suis pas arrivée à lire le titre du bouquin qui faisait tant sourire l’homme aux chaussures jaunes et au tote.

J’aurais bien aimé le vivre aussi.

Et la camionette à contre sens.

Du pot de yaourt vide sous le siège, je lève les yeux sur la fille qui utilise son coupe ongles assise seule dans un carré. Et malgré le bruyant clac des ongles, je revois cette autre personne, qui laissait son gobelet de coca, par terre sur le quai, à deux mètres de la poubelle.